Eric Pineault
Sociologue
Quelles alternatives au capitalisme financiarisé en crise?
L'espoir d'une grande transition

Le mercredi 2 mai 2012, 19 h 30
Salle Jean-Despréz, Maison du Citoyen de Gatineau
25, rue Laurier, Gatineau.

15 $ pour les membres et les étudiants, 15 $ en pré-vente ou 20 $ à la porte.
Stationnement intérieur gratuit (places limitées)

Prix d'excellence
Lyse-Daniels 2015

La Société Gatineau Monde remercie chaleureusement ses généreux partenaires pour leur appui indéfectible.


Première chaîne de Radio-Canada 90,7

Ville de Gatineau

Cliquez ici et ici pour un avant goût!

La crise économique et financière récente a été une occasion obligée de revoir et de discuter sur une base élargie et politique les finalités et modalités du modèle de développement économique qui domine nos sociétés. Pire récession depuis 1930, la récente crise n’a pourtant pas encore généré l’équivalent autant en convulsions sociales, en destruction économique, en pauvreté et en misère, que la grande dépression. Certains pays européens vivent très durement la conversion de la crise financière en crise fiscale et budgétaire, les États-Unis et la Grande-Bretagne connaîtront certainement sur le plan économique une « décennie perdue » analogue à celle ayant affligé le Japon dans les années 90, après l’éclatement de sa bulle immobilière. Faible croissance et faibles investissements, chômage élevé et aucune orientation du développement économique. Au Canada, le legs est des années d’austérité et d’érosion de ce qui reste des politiques sociales et économiques providentialistes et dirigistes au nom de l’assainissement de la position fiscale des gouvernements. Bref, une radicalisation des politiques néolibérales des vingt dernières années.

La crise manifeste des contradictions importantes et inhérentes au régime d’accumulation financière et ce sont ces dernières qui doivent retenir l’attention de l’analyse critique. Cette crise manifeste la normalisation d’un régime d’instabilité financière dans le capitalisme contemporain. Ces crises se succéderont et se répéteront, un peu à la manière des grandes crises commerciales du capitalisme du XIXe siècle, à moins que nos sociétés s’engagent dans une grande transition vers une nouvelle économie non financière, écologique et solidaire. Une politique de souveraineté économique locale, régionale et nationale pourrait être le point de départ d’un tel mouvement de transition.


B i o g r a p h i e
Professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. et membre du Collectif d’Analyse de la Financiarisation du Capitalisme Avancé (CAFCA) et de la Chaire de recherche en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie. Ses recherches portent sur l’économie politique du capitalisme contemporain. De plus, il s’intéresse aux différentes propositions d’alternatives sociales au capitalisme dans une perspective de transition écologique.

Résultats de l'évaluation de la conférence

Pineault

Eric Pineault Eric Pineault

Contactez-nous par courriel en cliquant ici
©2010 nadiedesign