Daniel Baril
Comment expliquer la persistance de la religion?
La réponse de la sélection naturelle


Le mercredi 29 mars 2017, 19 h 30 à
La Basoche
120, rue Principale, Gatineau (secteur Aylmer), Qc J9H 3M3
15 $ pour les membres et les étudiants,
20 $ en pré-vente ou à la porte.
Pour vous procurer des billet.

DanielBaril

Prix d'excellence
Lyse-Daniels 2015

La Société Gatineau Monde remercie chaleureusement ses généreux partenaires pour leur appui indéfectible.

Ville de Gatineau
 

Cliquez ici pour un avant goût!

Au 19e siècle, Nietzsche, Freud et Marx entrevoyaient la fin de la religion perçue comme une aliénation engendrée par la situation économique, une persistance de la pensée infantile ou un échec de la raison. Cette approche a persisté jusqu'à la fin du 20e siècle alors que certains ont parlé du retour ou de la réaffirmation du religieux. Les récents sondages montrent une augmentation du nombre de gens sans religion, ils révèlent aussi une remontée des religions plus fondamentalistes.

Comment expliquer sa persistance dans toutes les cultures, à travers toutes les époques et toutes les conditions sociales et économiques? Là où les croyants pourraient voir un indice la véracité de leur foi, la science apporte une autre perspective. La théorie darwinienne nous offre des explications intéressantes et méconnues sur l'origine du phénomène qui permettent de comprendre sa persistance. L'une d'elles fait reposer la religion sur des habiletés intellectuelles spécifiques à la religion et une seconde la considère comme un phénomène émergeant de l'ensemble de nos dispositions naturelles à vivre en société nous poussant à analyser les faits naturels à l'aide de ces outils adaptés à la vie sociale.

Les données scientifiques appuient la seconde puisque les fonctions cognitives œuvrant dans le comportement et les croyances trouvent leur utilité vitale ailleurs que dans la religion. Cette conférence présente les mécanismes biologiques intuitifs et sociaux à la base de cet « irrésistible anthropomorphisme » tout en démystifiant l'idée voulant que le cerveau ait « évolué pour croire en Dieu ». L'approche explique la différence persistante entre les hommes et les femmes à l'égard de la religion.

 

 




B i o g r a p h i e

Anthropologue de formation, Daniel Baril a oeuvré pendant 23 ans comme journaliste scientifique à l'hebdomadaire Forum de l'Université de Montréal. Militant laïque bien connu, il y a consacré des centaines d'articles d'analyse. Ses travaux en anthropologie biologique ont conduit à la publication de La grande illusion : comment la sélection naturelle a créé l'idée de Dieu (MultiMondes, 2006).

 

Contactez-nous par courriel en cliquant ici
©2010 nadiedesign